Retournons aux bonnes vieilles urnes transparentes !

, popularité : 18%

Les élections présidentielles ont été la démonstration que le
choix du vote électronique à Châtenay est une erreur. Au 1e
tour, dans la moitié des bureaux, il y a un écart entre le nombre
d’émargements et le nombre de votants enregistrés par les machines.
De même au 2e tour. Les faits sont là, il a été impossible de déterminer avec certitude le nombre d’électeurs et le nombre de votes. On ne peut alors que douter du décompte du nombre de voix ! Cet abandon du décompte des bulletins de vote au fabricant privé de ces
machines sans aucune possibilité de contrôle est un déni de démocratie.
Pour quel gain ? Gain de temps ? Pas au bénéfice des électeurs
qui ont parfois attendu plus d’1h30 quand certains se sont malheureusement découragés. Gain de papier ? La mairie a été dépensière dans sa campagne d’information sur papier glacé non recyclé. Gain financier ? Le coût en 2007 de ces machines a été de 105 000 Euros, auxquels s’ajoutent frais de maintenance et mises à jour régulières. La communication de Georges Siffredi n’a pas diminué les
inquiétudes et la grogne des électeurs. Les villes qui ont mené
des études plus approfondies (Grenoble, Sceaux, Saint-Malo….) ont
renoncé à ce mode de scrutin. Nous contestons ce principe de vote
électronique et nous nous associons à ceux qui demandent un moratoire
sur ces ordinateurs de vote.

Geneviève Colomer, Jean-Marc Charasz, Murielle Hardy