Mai 2006 : Histoires d’eau...

, par  Webmaster , popularité : 47%

Fin mars, le sous-sol de la médiathèque a été gravement inondé, ce qui a endommagé les installations informatiques. Pourtant elle a été construite en 2000 et un bassin de rétention payé par l’argent public devait parer à tout problème d’eau. La ZAC des Vallées s’est implantée à la place de la maison des Soeurs dont le jardin est maintenant enfoui sous le béton, 2000 m2 d’équipement public et 4000 m2 d’immeubles privés. Cette ZAC a permis aux promoteurs privés de densifier la zone plus que le POS ne l’aurait autorisé. C’est une des causes des perturbations hydrauliques du quartier. Le ru de Châtenay a été enterré et son lit comme l’écoulement naturel des eaux de pluie et de sous-sol ont été modifiés. S’ajoute la densification du secteur, avec surfaces goudronnées et emprises bétonnées en sous-sol.

Alors, depuis quelques années, les caves deviennent humides ou inondées comme celles de la Faulotte. Le gymnase Bérégovoy a connu ces mêmes problèmes de remontée d’eau, tandis que le maire se moquait de ce qu’il décriait comme une mauvaise construction de l’équipe municipale précédente.

Et voilà la médiathèque aujourd’hui elle aussi inondée, alors que la pluviosité a été normale. Mais on peut parier que cela n’arrêtera pas le projet de laisser construire à la place de la clinique des Vallées des immeubles de 4 étages et de 2 niveaux de sous-sol. Nous pouvons espérer que ces derniers seront d’une étanchéité de meilleure qualité et que les 120 voitures potentielles seront à l’abri dans les parkings souterrains (sinon où se gareront-elles ?). les eaux souterraines seront encore une fois déviées par ces masses de béton nouvelles. Où iront-elles ?

Dans le projet alternatif d’aménagement de la clinique des Vallées que nous avions éléboré en 2002 avec des habitants, nous avions imaginé de faire ressurgir les eaux du ru... mais cela est une autre histoire...

Geneviève Colomer, Jean-Marc Charasz, Murielle Hardy