Avril 2005 : L’actualité en chiffres ...

, par  Webmaster , popularité : 55%

L’ACTUALITE EN CHIFFRES ...

Il y a eu 14 000 € pour 600 m2 de loyer des Gaymard, maintenant, 5 500 € pour 230 m2 de loyer des Copé... D’autres révélations sur le train de vie de l’Etat peuvent suivre, en attendant une réelle transparence sur l’utilisation des deniers publics. 9 milliards d’euros de résultat pour la firme Total. Un record historique, dû à l’effet guerre d’Irak, aux
conditions d’exploitation en Birmanie, à la la non-indemnisation des dégâts causés par l’Erika ?... Les revenus des grands patrons atteignent des sommets... Ils sont bien méritants : délocalisation, compression, flexibilisation des personnels, asphyxie des sous-traitants, surexploitation des ressources... et distribution de gros dividendes.

Et de l’autre côté, la pauvreté se porte bien en France !
Plus de 10 % de chômeurs, le taux le plus élevé depuis bien des années... le taux de chômage des moins de 25 ans atteignant 22 %. 3.5 millions de personnes vivent sous le seuil de pauvreté, dont
1 million d’enfants... L’activité des Restos du Cœur augmente de 10 % par an... Des sans-abris meurent de froid... Les médias ne prennent même plus la peine d’en faire le macabre recensement... Appelez le 115 ! Baisse du pouvoir d’achat, hausse des prix... Coût du logement exorbitant. 30 % des SDF ont un emploi... Le surendettement des ménages augmente et touche de plus en plus les classes moyennes. Propostion alléchante des spots TV : empruntez
10 000 €, rembousez 20 € par mois... Mais vous en prenez pour 30 ans... Et les femmes continuent de toucher en moyenne 20 % de moins que les hommes à travail égal...

Au-delà de l’indécence de ces quelques chiffres, on voit se creuser un fossé de plus en plus profond entre deux mondes : les nantis et leur hyporite « travaillez plus pour gagner plus » qui ignorent complètement les réalités du terrain. Et les autres, victimes de la casse sociale, du désengagement de l’Etat et de la déstruction des services publics, qui
ont de plus en plus de mal à garder la tête hors de l’eau. Les repères s’embrouillent, disparaissent. Les valeurs, telles l’égalité, l’équité, la justice, le soucis de l’autre, le progrès
social, la répartition des richesses perdent leur sens... L’ultra-libéralisme fait de plus en plus ressentir ses effets dévastateurs.

Neige et service public...
Un vendredi matin de mars, une épaisse couche de neige et de verglas recouvre la ville et notamment le trottoir du marché en plein air, rue Jean Longuet, ce qui rend difficile l’installation des forains et glissant et même dangereux le cheminement des piétons. Rien n’a été fait au préalable pour dégager et sécuriser l’emplacement, aucune action préventive.
C’est à ce genre de détails de la vie quotidienne que les habitants peuvent mesurer le degré de réactivité, d’implication et d’efficacité de la gestion municipale sur le terrain. Sans parler de l’image que donne la ville à ces commerçants qui rendent un réel service de proximité. On déplore la disparition des commerces, mais l’accueil fait aux quelques forains qui desservent encore le marché de Châtenay se montre bien indigent.
On importe à grands frais de la neige, on rémunère grassement la recherche de commerçants pour occuper des petits chalets pendant quelques jours, mais quand la « vraie » neige apparaît, quand il s’agit de maintenir dans de bonnes conditions un service de proximité, d’assurer un service public de qualité, ça patine.

Geneviève Colomer, Jean-Marc Charasz, Murielle Hardy